07 68 62 32 89
07 68 62 32 89

Intolérance alimentaire

L’étude de la nutrition, sur le plan scientifique, ne date que d’une cinquantaine d’années. Qu’est-ce que 50 ans à l’échelle de l’humanité qui a plus de 6 millions d’années ? La science toute-puissante veut tout expliquer. Pourtant, elle fait de nombreuses erreurs, nous fait croire qu’elle a tout compris et qu’il faut se plier à ses règles. De nombreuses études sont menées pour démontrer la toxicité ou les bienfaits de tel ou tel aliment. Ce n’est pas si simple que cela. Les études ont démontré qu’elles n’étaient pas fiables, et qu’elles ne pouvaient pas être appliquées à tout le monde. Le premier à avoir mis en exergue ce vaste sujet des intolérances, est un américain nommé docteur Peter d’Adamo. Son livre « 4 régimes 4 groupes sanguins » a rencontré un grand succès et soulevé le problème des tolérances et des intolérances alimentaires. Seulement, même si son approche est très intéressante, il faudrait individualiser les analyses, sans chercher à les classer en groupes sanguins.

 

Pourquoi ne pouvons-nous pas tous manger la même chose?

Nous sommes tous nés d’un père et d’une mère qui avaient leur propre capital génétique ( système HLA) et qui nous ont transmis, non seulement une partie de leur système immunitaire, mais également, lors de l’accouchement, nous bénéficions de la flore intestinale de la mère dont va dépendre notre santé future. Chaque parent, mais aussi grands-parents ou aïeux, est issu d’une culture, d’un mode alimentaire, a rencontré des stress psychologiques plus ou moins résolus… Toutes ces informations sont transmises à l’enfant qui devra à son tour tenter de régler ce que ses antécédents n’ont pas pu régler. Sur 7 milliards d’individus, il y a 7 milliards d’empreintes digitales différentes, 7 milliards de microbiotes spécifiques, bref, nous sommes uniques !

Comment reconnaître ce qui nous fait du bien de ce qui altère notre santé ?

La biologie, la biochimie et toutes ces sciences modernes sont encore inefficaces à nous aider à résoudre nos problématiques immunitaires chroniques.

La médecine se cache derrière ses études et rend sa sentence à coups de pourcentages. Pourtant, on a bien remarqué, qu’en appliquant certains principes, dans certains cas, cela fonctionnait et dans d’autres c’était une catastrophe.

L'approche d'IgG alimentaires

On peut aujourd’hui, grâce à une prise de sang, voir quels sont les aliments pouvant altérer notre santé. En effet, outre les réactions digestives, ballonnements problèmes de transit, douleurs abdominales, ulcères, il y a également des réactions neurologiques, car les débris alimentaires que notre système immunitaire n’accepte pas, passent la barrière intestinale, rejoignent la circulation cérébrale et les lymphocytes B chargés de la production d’anticorps, se déploient pour les neutraliser. Si on n’écoute pas les premiers signes qui peuvent être des douleurs articulaires, de la fatigue, des troubles du sommeil, de l’anxiété ou autres, les maladies auto-immunes vont apparaître comme la polyarthrite rhumatoïde, les Thyroïdite d’Hashimoto, les problèmes liés au pancréas comme hypoglycémie, l’insulinorésistance et les différents types de diabète. On parle aujourd’hui de diabète de type 3 pour les maladies neurologiques comme la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer.

L’approche des intolérances alimentaires s’est développée, car l’obésité, les diabètes, le cancer, les maladies cardio-vasculaires, les maladies neurologiques et les maladies auto-immunes ont explosé depuis 60 ans. Qu’est-ce qui a changé depuis 60 ans : notre alimentation !

Dois-je encore insister sur le fait que notre corps, notre biologie, notre ADN, nos gènes ont 6 millions d’années et que nous devons nous adapter en 50 ans à  un véritable tsunami de produits chimiques, d’aliments génétiquement modifiés, de produits frelatés, d’aliments de plus en plus dénaturés et appauvris en nutriments essentiels à cause de la maltraitance industrielle et culinaire.

Les aliments dont il faut en priorité se méfier sont : le blé, qui a subi de multiples hybridations, toutes les céréales en général, tous les produits laitiers courants, le soja et le sucre. Bref les aliments qui constituent aujourd’hui la base de l’alimentation de l’homme moderne.

Méthode JMV-les intolérances alimentaires

Articles similaires

Derniers articles

Réseau

Patricia Bourny

Décoration d'intérieur - ateliers déco - relooking de meuble

Lien

Célia fertilité

Lien

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion